Ecologique ?


Faux Souligné par le prix Nobel de physique

Intermittence du vent (Comme le soulignent le prix Nobel de physique Stephen Chu et le député allemand Hermann Scheer (père de l'IRENA), ou encore le polytechnicien et expert en énergies renouvelables François Lempérière)

Les éoliennes produisent de l'électricité de façon intermittente sur un réseau électrique.

Le plus grand problème de l'énergie éolienne est son caractère intermittent : elle n'est pas produite à la demande, mais selon les conditions météorologiques. Une éolienne produit, en moyenne, l'équivalent de moins de 20 % du temps. La plupart du temps, la nécessité d'assurer la constance de la production électrique oblige à coupler un parc éolien avec d'autres sources d'électricité disponibles immédiatement, à la demande telles que les énergies hydrauliques (barrages) ou fossiles (centrales à charbon ou à gaz) par exemple. Si bien que, dans l'optique d'un réseau incluant également des énergies fossiles, la production électrique n'est au final pas exempte d'émission de dioxyde de carbone, mais néanmoins moins polluante qu'un réseau d'énergie totalement fossile.

Une éolienne commence à tourner quand la vitesse du vent dépasse 10 km/h (2 Beaufort : légère brise). Elle doit être arrêtée pour des raisons de sécurité quand le vent atteint 90 km/h (10 Beaufort : tempête).

L’Allemagne construit actuellement 23 centrales de production d'électricité à charbon pour continuer à fournir de l'électricité lorsque les éoliennes sont arrêtées...